Accueil Mettre bas 10 différences entre la grossesse en France et au Royaume-Uni

10 différences entre la grossesse en France et au Royaume-Uni

14 avril 2015

flags

Deux pays, deux cultures… Et deux manières d’aborder la grossesse et l’accouchement. Les différences valent la peine d’être examinées de plus près, car force est de constater que la grossesse et l’accouchement sont moins médicalisés au Royaume-Uni qu’en France. Je ne sais pas si c’est une question de chochotterie culturellement française, d’incompétence britannique, de puissance des lobbies obstétriques en France ou de radinerie médicale au Royaume-Uni… Il n’est évidemment pas de mon ressort de remettre en question le moindre système médical établi.

1. Brochette “Baby on board”

babyonboardLa compagnie des transports de Londres fournit gratuitement à toute femme enceinte une brochette “Baby on Board”. L’idée, c’est que tout le monde sache que vous êtes enceinte (notamment avant que cela ne se remarque par effet de protubérance ventrale), et ainsi que vous ayez l’assurance que quelqu’un vous laisse sa place dans un métro bondé, vous aide avec votre grosse valise, ou vous offre son Fish&Chips en vous voyant saliver devant les devantures des restaurants (qui sait ?). Accessoirement, c’est aussi un bon moyen de ne pas confondre un abus de cassoulet avec un foetus en développement. Très anglais, quand on y pense : ils ont trouvé THE truc pour ne pas offenser les madames aux gros ventres en évitant de les insulter en leur proposant leur place.

2. NHS

Le NHS, pour National Health Service, est le système public de santé britannique, l’équivalent de la Sécurité Sociale en France, mais en plus anglais. Pas d’histoire de secteur 1 ou 4bis, pas d’embrouille avec les assurances complémentaires… Attention, je n’ai pas dit que c’était simple pour autant.

L’hospitalisation et les visites chez le médecin généraliste (GP pour General Practitionner) sont toujours gratuites, mais les médicaments, dentistes et soins ophtalmiques sont plus ou moins à la charge du patient, c’est selon. Comme en France, vous devez choisir un GP attitré, chez qui vous vous rendrez avant de consulter tout spécialiste. Bref, la grosse différence, c’est que les professionnels de la santé sont employés par le NHS, un peu comme un statut de fonctionnaire. Donc pour eux, moins vous êtes malade, mieux c’est…

C’est ainsi chez le GP que vous vous rendrez pour votre première visite de grossesse. Pas de prise de sang pour ce premier rendez-vous comme en France, on fait confiance à votre pipi pour vérifier que vous êtes enceinte, et on se fiche bien de vos taux d’hormones. Suite à ce rendez-vous (et à ce premier pipi officiel dans un pot), vous serez redirigée vers la machine qui s’occupe des femmes enceintes (l’hôpital auquel vous êtes affiliée selon votre domicile). À partir de là, vous êtes dans le système, vous n’avez plus qu’à attendre qu’on vous convoque pour votre première consultation des 12 semaines. Et ne vous attendez pas à un suivi très personnalisé. Il y a des chances que vous voyiez une sage-femme différente à chacun de vos rendez-vous (et pas de gynéco… les médecins, c’est seulement en cas de complication ou de cas spécial).

Il existe en parallèle un système de soins privés, financé par des assurances privées. Eux ont plutôt intérêt à ce que les patients soient malades. Mais autant vous prévenir tout de suite, les assurances privées ne couvrent pas la grossesse et l’accouchement : si le système NHS vous rebute et que vous souhaitez être suivie dans le privé, il faudra payer.

3. Échographies

baby-18937_640Avec le NHS, les échographies officielles, et donc gratuites, sont au nombre de 2 (contre 3 en France). Une à 12 semaines, et l’autre à 20 semaines. À moins qu’une complication ne soit détectée, si vous souhaitez une échographie supplémentaire au troisième trimestre, il faudra… Payer. Ou aller dans le privé (et payer, donc).

Les échographies sont réalisées par des “sonographers”, c’est-à-dire des professionnels spécialement formés pour réaliser des échographies. Vous ne verrez de médecin ou de sage-femme réaliser une échographie seulement pour les cas compliqués, à risque, ou sortant de l’ordinaire.

Ah, et si vous voulez repartir avec une photo de l’échographie, il faudra payer, aussi. Cela ne fait pas partie des prestations NHS.

4. Toxoplasmose

Ne demandez pas à savoir si vous êtes immunisée contre la toxoplasmose. Au Royaume-Uni, c’est un savoir qui ne sert à rien, tout le monde se fiche de savoir si vous êtes immunisée ou pas. Quant à savoir à quoi cela sert en France…

5. TV

Rien à voir avec la télévision, je veux ici parler des fameux Touchers Vaginaux… Les anglais n’aiment pas les pussy. Donc, bonne nouvelle ! Si votre grossesse reste sans risque, personne ne touchera ni même ne regardera votre vagin avant l’accouchement à proprement parler.

Ceci est une télévision. Je n'allais pas mettre une photo de foufoune, quand même...

Ceci est un TV

Pussy (cat). Attention, ça mord.

Ceci est un pussy (cat). Attention, ça peut mordre.

6. Hypnobirthing

En France, si vous êtes du genre branchée zen-yoga-graines-germées, vous pourrez être tentée par des séances de sophrologie pour vous préparer à la naissance. Au Royaume-Uni, le truc un peu équivalent à la mode, c’est l’Hypnobirthing (ou Hypnonaissance en français). Il s’agit d’apprendre à s’auto-hypnotiser, pour une grossesse et un accouchement (naturel) sans douleur. L’idée sous-jacente, c’est de préparer votre subconscient à l’idée que l’accouchement est une partie de plaisir qui ne fait même pas mal. Une sorte d’auto-lavage de cerveau, quoi, pour que le jour J, vous ayez tellement entrainé votre esprit à y croire qu’il ne remarquera même pas que… Bon, ça tire un peu. Le tout accompagné de musique douce, d’huiles essentielles et de piscine gonflable dans votre salon.

Le secret ? L’entrainement ! Car pour que ça marche, il faut pratiquer tous les jours des techniques de respiration, des relaxations, des visualisations… C’est du boulot, mais avoir orgasme en accouchant, ça n’a pas de prix.

Mon témoignage en vidéo à la fin de cet article : 10 VRAIES bonnes raisons d’accoucher à la maison.

7. Gaz hilarant

scuba-diving-297321_640Dans la liste des anti-douleurs proposés par le NHS, à côté de la péridurale, vous avez l’Entonox, communément appelé “Gas & Air”. Un mélange de protoxyde d’azote et d’oxygène. Concrètement, du gaz hilarant. Servi au masque et à la demande dans toutes les maternités et maisons de naissance anglaises… Et même si vous accouchez chez vous, la sage-femme viendra avec sa bouteille.

8. Lieu pour accoucher

Selon l’hôpital auquel vous êtes rattachée, et selon les risques associés à votre grossesse, le NHS vous laissera le choix entre trois lieux pour votre accouchement :

  • La maternité. L’hôpital, quoi. Comme en France.
  • Le birth center. C’est l’équivalent d’une maison de naissance : une chambre privée avec piscine, télé, ambiance tamisée, et tout le confort…  Les birth centers peuvent être localisés au sein même d’un hôpital, ou dans un tout autre bâtiment quelques kilomètres plus loin. Ce sont des lieux sans médecins, uniquement gérés par des sage-femmes. Pas de péridurale à disposition, donc. Mais en cas d’urgence médicale, ou simplement d’envie soudaine de grosse piqure anesthésiante, vous pouvez être transférée à l’hôpital rapidement. Vous perdez juste l’occasion de vous prélasser quelques heures de plus dans votre jacuzzi privé (sans bulle et à 37°C). Bien sûr, seules les femmes dont la grossesse est considérée sans risque sont acceptées dans ces birth centers. Rappelons qu’en France, de telles maisons de naissance n’existent qu’en tant qu’expérimentations.
  • La maison. En France, l’accouchement à domicile est sujet à controverses, et bien que la pratique soit légale, les sage-femmes qui le pratiquent ont pour obligation de prendre une assurance… Qu’elles ne peuvent pas se permettre de payer. Au Royaume-Uni, il est possible d’accoucher à la maison par le système NHS classique (et deux sage-femmes seront envoyées chez vous au moment de l’accouchement). Ils ne sont pas fous, au NHS, ils ont regardé les études, les statistiques, les risques… Et les coûts !

9. Placenta-rosbif

En France, il est légalement interdit de récupérer son placenta après l’accouchement. Une fois sorti de votre corps, il ne vous appartient plus. Au Royaume-Uni, au contraire, vous pourrez le récupérer, pour… le manger ! Cru, cuit, en smoothie, encapsulé ou même transformé en granules homéopathiques… L’espèce humaine ferait partie des rares espèces mammifères à ne pas manger son placenta. Or, bourré de vitamines et de nutriments, les vertus du placenta seraient multiples.

Même Outre-Manche, la pratique est loin d’être courante, mais il est possible et légal de le faire, que vous accouchiez chez vous ou à l’hôpital (même si, bien sûr, en France des mamans arrivent à contourner la loi et faire ce qu’elles veulent de leur placenta). Il existe un “réseau indépendant d’encapsulateurs de placenta” (IPEN).

smoothie-463331_640

Smoothie au placenta et aux fruits des bois. 

Si l’aspect cannibalaire de la pratique vous rebute, vous pouvez toujours conserver votre placenta pour en faire de l’art.

Coeur. Matière première: cordon ombilical séché. C'est de l'art. À conserver précieusement et à porter en pendentif le jour du mariage du chérubin concerné.

Ceci est de l’art. Matière première : cordon ombilical séché. À conserver précieusement et à porter en pendentif le jour du mariage du chérubin concerné, la larme à l’oeil.

Pour plus d’infos, j’ai fait une vidéo sur le sujet : Manger son placenta, 10 trucs à savoir sur la placentophagie.

10. Date du terme

En France, la date du terme est calculée à 41 semaines d’aménorrhée. Au Royaume-Uni, c’est 40 semaines.

Rassurez-vous, ça ne fera pas sortir chérubin plus vite. Et dans les deux pays, c’est à partir de 41 semaines que le personnel médical commencera à agiter la menace du déclenchement, histoire de vous stresser un petit coup pour vous faire dilater plus vite (???).

Mon avis : il est plus avisé de donner la date française à votre entourage, ça vous laissera une semaine de répit et vous épargnera peut-être quelques “Alors ???” et autres “Sayééééé ??” sur votre mur facebook.

Abonnez-vous au blog en entrant votre email ci-dessous. Vous recevrez une newsletter TRÈS SPIRITUELLE à chaque nouvel article (un à deux par mois). Cela pourrait changer le cours de votre vie, n'hésitez plus un instant...
En donnant votre email, vous acceptez qu'il soit utilisé uniquement dans le cadre de cette newsletter et de la relation personnalisée et riche de sens qui pourrait en découler.

Politique de confidentialité ici

Vous pourriez aimer

S’abonner
Notifier de
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments